La fin de l’hypermarché

By 9 novembre 2018 Diagnostic

D’après Serge PAPIN – Ex. Président de SYSTEME U

 

« Les évolutions de la Société annoncent la mort de l’Hypermarché ! »

« Le commerce n’est que le reflet de la Société…/…

…/… AMAZON correspond à la modernité de l’époque. Ce n’est plus le cas des grandes et moyennes surfaces alimentaires dans une France du tous à la mer, tous à la ville, tous solo et tous à vélo. D’ici à 2030, l’essentiel du pouvoir d’achat se concentrera sur les côtes atlantiques et méditerranéennes et dans les 22 métropoles. Tout le reste du territoire perdre de la richesse, de la valeur ajoutée, de l’emploi et du pouvoir d’achat. Cela va créer une génération de jeunes actifs urbains, vivant seuls à 30% avec un comportement d’individualiste grégaire…/…

…/… si le modèle de livraison des courses en ligne développé par OCADO réussit à s’imposer en France comme il a réussi en Angleterre, cela confirmera et accélérera la fin de l’hypermarché en France…/…

…/… dans les villes, on assiste à une fragmentation de l’offre alimentaire, les habitants déjeunent et dînent de plus en plus souvent au restaurant ou se font livrer à domicile ; is vont aussi faire leurs courses sur les marchés qui montent en gamme…/…

…/… les magasins physiques ont un avenir à condition de réaccorder la priorité à l’expérience client. Plusieurs pistes sont possibles : réartisanaliser ls métiers et revenir à du fait maison ; connecter les magasins à la production y compris maraîchère pour favoriser des circuits courts ; créer des marques de distributeur poteuses de valeur…/…

…/… les marchés non-alimentaires vont être de plus en plus durs…/…

…/… l’avenir de la distribution alimentaire, c’est la livraison de « prêt-à-manger » de qualité…/…

…/… les distributeurs multiformats ont un travail de titan devant eux : réinventer l’hypermarché, accélérer sur la livraison à domicile, se lancer dans la préparation de repas…/… à l’avenir, les gagnants seront les leaders en ville et sur le « bien-manger »…/…

…/… les consommateurs veulent avoir confiance dans ce qu’ils ingurgitent et cette confiance a été entamée…/…

…/… une grande partie des consommateurs sont prêts à payer un peu plus cher ; on le voit avec les produits végan ou les œufs de poule élevés en plein air…/…

…/… la meilleure garantie de survie des enseignes traditionnelles, c’est de favoriser la préservation de tous ces métiers traditionnels du commerce de bouche…/…

…/… la modernité, c’est en fait plus la présence de véritables savoir-faire dans une grande surface (comme des poissonniers, bouchers, maraichers…) que de technologie…/…

 

Publié dans le Figaro du 29 octobre 2018

Leave a Reply