SOUS LE SOLEIL DES CRÉTINS…

SOUS LE SOLEIL DES CRÉTINS…

Nous ne sommes pas près de manquer d’éclairage… à défaut de « lumières »…

Si selon Wikipédia « La magnitude est en sismologie la représentation logarithmique du moment sismique, qui est lui-même une mesure de l’énergie libérée par un séisme », la magnitude (mesurée sous la barre du zéro) des séismes qui habitent le cortex cérébral des crétins, est loin d’être stabilisée… son niveau plonge de semaines en semaines, sans qu’on puisse apercevoir le fond de l’abîme…

Acte 1 des crétins…

Pour rien au monde, ni « Stalinez », ni les pintades indociles, n’auraient raté l’objectif d’une caméra et/ou la bonnette d’un micro, sans dénoncer, sur fond rituel antédiluvien de lutte de classes, les promesses de dons émanant de grandes fortunes, au bénéfice de la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de PARIS, après son tragique incendie.

L’occasion était trop belle, pour des « nuls », de stigmatiser sans retenue, une fois de plus, ceux de nos concitoyens, qui de par le monde, innovent, investissent, emplois, financent la culture et portent sur la planète entière, à travers leurs marques d’excellence, l’image de la France, s’efforçant, à grand peine, de gommer celle de notre arrogance, de notre contestation permanente associée à notre « gréviculture ». Sans doute, ces « bobos » révolutionnaires de salon, préféreraient-ils glorifier des fanatiques destructeurs de symboles et d’histoire…

A la manière de François HOLLANDE qui déclara en son temps sans vergogne, eu égard à ses revenus et à son patrimoine, « ne pas aimer les riches », ces pourfendeurs des plus fortunés déclarés de la Nation, alimentent en fait, l’écran de fumée qui les protège… Eux finalement, ces réels néo-riches, masqués, « planqués »… qui profitent du système, « sucent » avidement, sans aucun scrupule depuis 50 ans, la sève du pays, tout en bénéficiant, soit de statuts privilégiés, soit d’avantages catégoriels et/ou sectoriels abusifs, exorbitants du droit commun (garantie à vie de l’emploi – régimes spéciaux de retraites – gratuité de prestations énergétiques ou de transport – durée du travail inférieure à la moyenne – niches fiscales…).

Alors qu’ils critiquent bassement, scandaleusement, ceux qui donnent, jamais vous ne les entendrez, au bénéfice de quelque solidarité que ce soit, proposer d’abandonner leurs privilèges de « néo-riches », au profit des plus déshérités de la Société…

Leur unique grand dessein pour établir plus de justice sociale : prendre l’argent dans la poche des autres, tout en boutonnant prestement la leur !

Acte 2 des crétins…

« Impossible, c’est français ! »

En tous cas, ce fut la réaction immédiate de la plupart des commentateurs, à l’annonce par le Président de la République, de l’objectif de 5 ans, pour la reconstruction de la Cathédrale Notre-Dame de PARIS.

Irréaliste, chimérique, utopique, invraisemblable, dangereux, opportuniste… autant d’adjectifs qualificatifs négatifs et/ou défaitistes, assénés à longueur d’antennes et d’écrans, comme régulièrement, par des « informateurs savants », au moment même ou notre pays éprouve comme jamais, le criant besoin d’une ambition nationale fédératrice.

La France défaite de 1940 est de retour ! Charles de GAULLE relève-toi, ils sont devenus fous !

Le pessimisme, voire l’alarmisme, sont devenus la « tasse de thé » quotidienne de notre peuple, tout à la fois insatisfait, paresseux et « repu »…

En France, comme chacun le sait à force de le lui dire, on ne peut plus rien faire. Ni réformer, ni baisser la dépense publique, ni supprimer des avantages acquis aujourd’hui indécents, ni modifier la durée du travail ou l’âge de la retraite… Tout est devenu impossible pour ces conservateurs, ces perpétuels perdants, ces commentateurs du déclin, ces sous-doués politiques, ces énarques installés à vie dans leurs certitudes, au sommet d’un état bureaucratique…

A l’approche du 75ème anniversaire du débarquement des troupes alliées victorieuses sur nos côtes Normandes, que serait-il advenu de la France et des Français, si les libérateurs avaient pensé « que c’était impossible » ! Ils ont justement réussi, comme a dit Mark TWAIN  « parce qu’ils ne savaient pas que c’était impossible ».

« We choose to go to the Moon », tel fut l’impossible pari de John Fitzgerald KENNEDY en 1962, gagné en 1969… 7 ans seulement !

La France et ses ressources « d’incroyables talents » d’Architectes, d’Artisans et d’Artistes dans toutes les corporations, est largement capable de relever ce formidable défi… à une seule condition : ne pas lui expliquer chaque matin, à longueurs d’ondes, comment elle va lamentablement échouer !

Acte 3 des crétins…

Les doryphores acclament l’insecticide !

Comment un peuple d’aspirants à davantage de démocratie peut-il faire une haie d’honneur, applaudir et ovationner une horde d’anarchistes anonymes masqués, dont les seuls moyens pour atteindre leurs funestes objectifs tyranniques, sont haine et violence ?

« Possible… c’est alors bien Français ! »

N’est-il pas vrai qu’au siècle dernier, certains peuples voisins acclamaient des fascistes… !

 

L’acte 4 des crétins ne saurait tarder…

Comme l’aurait répété l’intemporel et irremplaçable Michel AUDIARD… « C’est même à ça qu’on les reconnaitra ! ».

Leave a Reply