ARTISAN DEMAIN… EXCELLER… OU DISPARAÎTRE

By 10 mars 2019 Artisanat

ARTISAN DEMAIN… EXCELLER… OU DISPARAÎTRE…

UN AVENIR POSSIBLE : LA COOPÉRATION (FAIRE ENSEMBLE)

L’avenir de l’Artisan (Homme de l’Art et non pas « tâcheron »), s’inscrit dans une stratégie innovante, compétitive, de différenciation et d’excellence professionnelle ou le digital doit prendre place pour réussir la contemporaine et transversale transition numérique.

  • Il ne sera reconnu et retenu que par sa singularité, son audace technique, sa pertinence technologique, sa capacité de création et de renouvellement.
  • Il travaillera en réseau, allié à d’autres Artisans, pour proposer une offre globale (y compris financière) face à un seul et même Client.
  • Il devra être labellisé, repérable, crédible sous une marque « ombrelle », connue et reconnue du grand public, valorisante et sécurisante en termes de promesse technico-commerciale (fiabilité – qualité – garantie).

L’Artisan « de l’avenir » sera organisé, communicant, force de proposition, respectueux de ses engagements, garant du résultat et gestionnaire durable de la relation client.

Il devra impérativement travailler ses valeurs d’attrait et de signe.

Pour pouvoir consacrer la totalité de son énergie à la performance technologique et technique, à la communication « multicanal » et au commerce, il lui faudra optimiser sa productivité et donc nécessairement déléguer certaines des fonctions au sein de son entreprise, en mettant en commun notamment, sa formation, sa vitrine professionnelle, ses approvisionnements (achats), sa logistique, son système d’information (l’informatique), son S.A.V

Le modèle Coopératif offre opportunément tous les moyens de cette mutation !

  • La performance à l’achat qui résulte d’un rapport de force Artisan/Industriel favorable à l’Artisan par la massification.
  • La performance commerciale qui résulte d’une puissance de communication favorable à la fois à l’Artisan et à son Client, à travers la mutualisation des outils du marketing.
  • La performance de communication qui résulte d’une puissance digitale favorable à l’Artisan, grâce à une pression médiatique collective « multicanal».

… mais aucune Coopérative, quelle qu’en soit la taille, ne pourra, isolée, faire face demain aux moyens gigantesques qui seront nécessaires pour exister sur des marchés concurrentiels, ouverts aux entreprises multinationales de la distribution des produits du bâtiment.

L’interdépendance Coopérative est donc l’unique solution d’avenir pour les Artisans Associés Coopérateurs !

La mutualisation inter-coopérative…

  • D’instruments de veille « métiers »,
  • De ressources humaines expertes (spécialistes du sourcing et négociateurs amont),
  • De capitaux (pour l’alimentation de fonds de développement),
  • De moyens technologiques (recherche et développement) et techniques (plateformes logistiques),
  • De la formation (Académie intégrée – Pépinière métiers),
  • Du recrutement (gestion centralisée des offres d’emplois),
  • Du système d’information (E.R.P unique interconnecté),
  • D’outils commerciaux (salles d’exposition physiques et virtuelles – site e.commerce),
  • De la communication (Marque Nationale repère présente sur tout le territoire, ainsi que sur les réseaux sociaux),
  • Du marketing (centralisation des datas « clients ») …

… sera la solution la plus efficace et la mieux adaptée pour donner à l’Artisan Associé Coopérateur de demain, seul Copropriétaire de son outil Coopératif, la capacité à gagner la bataille des « métiers », en répondant mieux que les autres compétiteurs, aux besoins, attentes et exigences du consommateur.

Les Coopératives d’Artisans sont créées par des Artisans, pour des Artisans et doivent être gouvernées par les Artisans !

Le législateur n’a jamais cessé d’affirmer (il l’a encore rappelé dans la plus récente loi sur l’Economie Sociale et Solidaire de juillet 2014) que la stratégie des Entreprises Coopératives était du ressort des Administrateurs légitimement Élus et à eux seuls !

Il en va de même dans les Unions de Coopératives !

 

Dans les années 50 – 60 – 70, l’immensité des « petits commerçants », en déficit de lucide vision, plus inspirée et passionnée de lutte syndicale « Poujadiste ou Nicouiste », que d’économie et de marketing, est passée à côté de ce qui allait devenir très rapidement la « Grande Distribution ».

Seuls, quelques-uns d’entre-eux, aventuriers audacieux, créatifs, imaginatifs, courageux, considérés comme « fêlés » par beaucoup de leurs pairs, se sont lancés, avec le succès que l’on connaît, dans l’épopée Coopérative du « faire ensemble ».

Ce qui n’aurait pu être qu’un épiphénomène de l’histoire séculaire du commerce, en est finalement devenu l’apologie d’un succès national !

Le mouvement « collectif »[1] des Associés Coopérateurs de SYSTÈME U[2], LECLERC[3], INTERMARCHÉ[4], a donné naissance à des géants du commerce, tenant le haut du pavé et la dragée haute aux différents acteurs du pays (Élus locaux et nationaux – producteurs – industriels…).

Leur « saga » pourrait… et devrait même… servir de modèle inspirant pour les Artisans du 21ème siècle !

Individualistes, rebelles, révoltés contre l’évolution sociétale et les pouvoirs publics, imprégnés de séculaires certitudes « métier », autistes parfois, techniciens plus que commerçants pour la plupart… et néanmoins, professionnels sérieux, aguerris dans leur « Art », souvent même « Artistes », les Artisans des années 2010 – 2020 – 2030 risquent eux-aussi, à l’image des « petits commerçants » du siècle dernier de disparaitre en masse… faute d’avoir su regarder l’avenir en face, d’en avoir compris les enjeux, de s’être individuellement fondamentalement remis en question, de s’être collectivement organisé pour « muter » vers l’excellence « MÉTIER », plutôt que pour revendiquer un illusoire protectionnisme…

L’intelligence, c’est la faculté d’adaptation ![5]

[1] Et non « collectivistes ».

[2] 1950

[3] 1964

[4] 1969

[5] André GIDE (1869-1951)

Leave a Reply